La Luxure

Un film de Jacques Demy.
1961
Court métrage de fiction
14 minutes
35 mm - Dyaliscope
Noir et blanc
Avec : Micheline Presle , Jean-Louis Trintignant , Laurent Terzieff

« Je pensais, comme beaucoup d’enfants, que le péché de luxure venait du luxe et, à partir de là, sont apparus des souvenirs personnels... » Jacques Demy


Synopsis

Deux artistes se rappellent leur enfance et ce qu’ils pensaient des sept péchés capitaux en feuilletant un livre de Jérôme Bosch. Pour l’un d’eux, la luxure, c’est le luxe : les femmes nues en fourrure, les flammes de l’enfer sur de faux diamants...

Deux artistes se rappellent leur enfance et ce qu'ils pensaient des sept péchés capitaux en feuilletant un livre de Jérôme Bosch. Pour l'un d'eux, la luxure, c'est le luxe: les femmes nues en fourrure, les flammes de l'enfer sur de faux diamants... Les autres sketches du film ont été réalisés par : -* Eugène Ionesco, Sylvain Dhomme et Max Douy (la Colère), -* Édouard Molinaro (l'Envie), -* Jean-Luc Godard (la Paresse), -* Roger Vadim (l'Orgueil), -* Philippe de Broca (la Gourmandise) -* Claude Chabrol (l'Avarice).

Equipe artistique

-* Jean Desailly : le père

  • Micheline Presle : la mère
  • Laurent Terzieff : Jacques
  • Jean-Louis Trintignant : Bernard
  • Corinne Marchand : première inconnue dans la rue
  • Bernard Evein et Geneviève Thénier : couple d’amoureux au café

-* Jean Desailly : le père -* Micheline Presle : la mère -* Laurent Terzieff : Jacques -* Jean-Louis Trintignant : Bernard -* Corinne Marchand : première inconnue dans la rue -* Bernard Evein et Geneviève Thénier : couple d'amoureux au café

Equipe technique

-* Scénario, dialogues et réalisation : Jacques Demy (Scénario crédité à Roger Peyrefitte)

  • Images : Henri Decae
  • Décors : Bernard Evein
  • Montage : Jean Feyte
  • Son : Antoine Archimbault

-* Scénario, dialogues et réalisation : Jacques Demy (Scénario crédité à Roger Peyrefitte) -* Images : Henri Decae -* Décors : Bernard Evein -* Montage : Jean Feyte -* Son : Antoine Archimbault -* Assistants réalisateurs : Charles Bitsch, Guy Gilles -* Cadreur : Max Dulac -* Son : André Dino -* Directeur de production : Jean Lavie

Bande originale : Michel Legrand

Informations techniques


Visa n° 25.275.

Production : Gibé (Joseph Bercholz), Franco-London-Film (Paris) / Titanus (Rome).

Distribution: Ciné-Tamaris.

Détails du tournage: Tourné à Paris et dans la région parisienne à partir du 25 septembre 1961. Sortie en France: 7 mars 1962.

Générique original

Jean-Louis Trintignant et Laurent Terzieff Micheline Presle et Jean Dessailly dans LA LUXURE Écrit et réalisé par JACQUES DEMY Images : Henri Decae Décors : Bernard Evein Son : Antoine Archimbault Montage Jean Feyte Musique de MICHEL LEGRAND LA LUXURE Sketch issu du long-métrage « LES SEPT PECHES CAPITAUX » Production : Joseph Bercholz / Franco-London Film visa n°25275 Distribué par Ciné Tamaris + logo

Boutique

DVD disponible

Entrez dans la Boutique ...

  • Evénements

    Exposition « Le monde enchanté de Jacques Demy » à La Cinémathèque française

    Le cinéma de Jacques Demy dessine un monde. Un monde de villes portuaires (Nantes, Nice, Cherbourg, Rochefort, Los Angeles, Marseille) traversé de chassés-croisés amoureux, où l’imaginaire a toujours raison de l’impossible.Dix-neuf films que le cinéaste désirait tous, « liés les uns aux autres ». Une comédie humaine Pop, entrelacée de songes, formée d’une pléiade de personnages « en-chantés », oscillant entre dérision subtile des mots et sensualité.Sa galaxie se compose de matelots, forains, jumelles excentriques, fée des Lilas, princesse, ouvriers, marchand de télé ou Orphée moderne. Jacques Demy (1931-1990) est un de ces cinéastes magiciens, qui a su garder son enfanceintacte, continuant d’y puiser toute son énergie créatrice. Puissance desublimation inassouvie, présente aussi dans sa pratique de la photographie et de la peinture, que l’exposition révélera pour la première fois au grand public.Parce qu’à travers sa quête de l’idéal, Jacques Demy n’a cessé de croire au destin, il a réalisé des oeuvres qui, si elles semblent légères, sont profondément engagées. Le chant des poètes se mue alors en choeur du peuple, et Demy de ne jamais oublier de montrer que le réel est là, aux portes de ces « rubans de rêves » que sont pour lui les films.Son cinéma, radicalement émotionnel et esthétique, a valeur de manifeste, comme l’atteste la Palme d’Or qui lui fut remise pour Les Parapluies de Cherbourg, à Cannes en 1964. Ses longs métrages revisitent avec impertinence la comédie musicale hollywoodienne et le mélodrame poétique français, avec une touche de psychédélisme abstrait digne du cinéma expérimental.L’exposition fera rimer ses extraits de films avec des photographies, peintures, dessins, ou sculptures créés par les artistes dont Demy a revendiqué l’influence (Jean Cocteau, David Hockney, Alexander Calder, Raoul Dufy, Niki de Saint-Phalle). Elle proposera une traversée de ce Demy-monde, haut en couleurs, qui est un vrai continent à lui seul.

    Serge Toubiana, Directeur général de La Cinémathèque française

    & Matthieu Orléan, Commissaire de l’exposition

  • Autour du film

    Intégrale Jacques Demy > Courts métrages

    Comprend : Le Pont de Mauves Attaque nocturne La Ballerine Les (...)