Une minute pour une image

Un film d'Agnès Varda.
1982
Court métrage documentaire
minutes
banc-titre 35 mm 1/33
Noir et blanc

"Une Minute pour une Image, c’était une minute de commentaire pour une image.

En tournant Ulysse, j’avais vu à quel point chacun peut lire différemment une photographie. Et j’ai eu l’idée d’une série et Delpire du CNP m’a accompagnée dans ce projet ainsi que FR3. Une série où chaque jour, on montrerait une photographie à la même heure, à la télévision, on la montrerait pendant 10 ou 15 secondes, sans rien dire, ni de qui elle est, ni où elle a été faite, ni ce qu’elle représente. Puis je demanderai à une personne, toujours inconnue du spectateur, de parler pendant une minute. Puis on reverrait la photographie, et chacun se dirait : moi j’aurais peut-être pas dit ça ou j’aurais dit autre chose, et à la fin seulement on annonce de qui est la photographie et qui est le commentateur. Chacun apportait sa vision et chaque téléspectateur rectifiait ou s’amusait à penser à autre chose. Il y a eu 170 numéros. Ici, dans ce DVD, je montre des courts métrages que j’ai souvent commentés moi-même. On a choisi de ne montrer que ceux que j’avais commentés, c’est-à-dire 14 sur les 170 de la collection." Agnès Varda


Série de 170 émissions de 1 à 2 minutes, sous forme de courts-métrages regroupés dans 14 « albums imaginaires ».

Synopsis

{Une minute pour une image}, c'est une minute de commentaire dite par une voix anonyme pour chaque photographie. On n’apprend qu’à la fin les noms des photographes célèbres ou anonymes et ceux des commentateurs divers, un balayeur, Marguerite Duras, un enfant, Yves Montand, Delphine Seyrig, Yves Saint Laurent, un boulanger… Chaque émission a été diffusée sur FR3 du 31 janvier au 22 juillet 1983. Une version remontée par "album imaginaire" a été diffusée sur la Sept du 5 novembre au 7 décembre 1990. Le quotidien {Libération} publiait la photographie diffusée la veille sur FR3, avec des extraits du commentaire.

Equipe artistique

Liste des 14 albums imaginaires :

  • Agnès Varda
  • Robert Doisneau
  • Christian Caujolle
  • Henri Cartier-Bresson
  • Samia Saouma
  • Marc Garanger
  • Nadja Ringart
  • Jean-Michel Folon
  • Jacques Monory
  • Sarah Moon
  • Georges Fèvre
  • Robert Delpire
  • Claude Nori
  • et à nouveau Agnès Varda

Liste des 14 albums imaginaires : -* Agnès Varda -* Robert Doisneau -* Christian Caujolle -* Henri Cartier-Bresson -* Samia Saouma -* Marc Garanger -* Nadja Ringart -* Jean-Michel Folon -* Jacques Monory -* Sarah Moon -* Georges Fèvre -* Robert Delpire -* Claude Nori -* et à nouveau Agnès Varda

Equipe technique

  • Choix des photos et des commentateurs : Agnès Varda
  • Montage : Marie-Jo Audiard, Sabine Franel, Cévanne Haicault

-*Choix des photos et des commentateurs : Agnès Varda -*Montage : Marie-Jo Audiard, Sabine Franel, Cévanne Haicault

Informations techniques


Production : Garance, C.N.P. (Centre National de la Photographie dirigé par Robert Delpire).

Avec le soutien de : avec la participation du Ministère de la Culture

Distribution: Ciné-Tamaris.

Les autres films


  • Evénements

    C’EST CE WEEK-END !
    TOUT(e) VARDA en 32 films, sur 3 jours, c’est Agnès Varda au NOUVEAU LATINA

    Agnès Varda sera présente au Latina :
    - vendredi de 12h à 14h
    - samedi de 15h à 20h
    - dimanche de 11h45 à 20h15

    2 séances de signature du coffret TOUT(e) VARDA se tiendront à l’espace librairie au 1er étage du Nouveau Latina :
    - samedi 1er décembre de 18h à 19h30
    - dimanche 2 décembre de 16h30 à 17h30

    1 coffret acheté = 2 places de cinéma offertes !

    Infos : www.lenouveaulatina.com

    www.cine-tamaris.com

    varda.arte.tv

  • La presse en parle

    Alain Bergala, Le Journal des Cahiers du Cinéma n° 32, avril 1983

    « Le spectateur (…) a enfin le temps de vraiment voir une image à la télévision et de jouer avec le commentateur pour cette mini-partie de flipper télévisé : it’s more fun to compete. »

    Olivier Céna, Télérama n° 1724, janvier 1983

    « Agnès Varda présente la plus extraordinaire propagande pour la photo qu’on ait pu voir à la télévision (…). C’est drôle, émouvant, et surtout étonnamment vivant, ce qui est le comble pour cette empreinte, cette parcelle infime du temps, figée, fixée à tout jamais. »